Le chevalier au casque d'or C4

Chapitre 4

Percevent ressent tout le déshonneur que son père fait peser sur son nom.

« Mon père a sali mon nom et le vôtre. Vouloir nous marier, votre damoiselle et moi sans notre consentement ! Je me dois de réparer cet outrage et redonner ses lettres de noblesse à nos deux familles. » Propose Percevent

«  Je reconnais que ma colère ne méritait pas une telle vengeance, aussi, jeune chevalier de Percevent, veuillez transmettre au Seigneur de la Vallée du Lac, votre père, mon regret d'avoir attaqué votre domaine pendant qu'il était sans protection. »

«  Ma mie, voulez-vous appeler notre chère Florane pour que ce noble Chevalier la salue avant de repartir sur ses terres ? »

 

Florane est conduite par ses servantes et la rencontre qui est l'objet de tant de courroux a lieu.

Les jeunes gens se regardent, la jeune damoiselle méfiante, le jeune damoiseau surpris.

Surpris de la jeunesse des traits, de la douceur du regard, de la bonté qui se lit sur le visage de Florane. Quelle élégance, quelle finesse, quelle innocence ! Son père a raison, cette jeune damoiselle n'est pas à vendre.

Comment réparer un tel affront ?

Percevent est séduit, sous le charme. Il comprend que ce cœur lui est destiné. Il en est sûr même, Florane sera sa gente Dame, il se le promet.

 

De retour sur ses terres, Percevent, avec toute sa fougue, fait un rapport précis de son voyage auprès de son Père. Il affronte le Seigneur de la Vallée du Lac et lui fait part de son indignation.

«  Père comment avez-vous pu me promettre en mariage, et surtout exiger une dote si exorbitante au père de la jeune damoiselle ? Je connais les sentiments du Seigneur du Bois Hector envers sa fille, il s'est comporté envers moi et mes chevaliers comme un seigneur, et je vous demande ce qui a suscité chez vous une telle arrogance. »

«  Mon fils, notre domaine est vaste, mais pas assez fertile pour faire vivre tous nos paysans. Mon souci est que tu nous succèdes, et que par ton mariage, tu perpétues notre nom, notre blason. Cette jeune damoiselle possède les qualités d'une épouse digne de toi, et sa dote devait permettre de développer ton héritage. »

«  Père, ni cette damoiselle ni moi-même ne sommes à vendre. »

Le Seigneur du Bois Hector m'a présenté sa damoiselle, et du fait de l'hostilité que tu as créée par ton indécence, je ne peux plus être pressenti comme prétendant. Père, tu te dois de réparer ton erreur sans plus tarder. »

«  Notre domaine a été ravagé par un Chevalier que je ne considère plus digne d'être chevalier. »

«  Et vous Père, vous vous en jugez digne ? Parce que je me sens personnellement offensé de votre demande. Ma mère avait-elle accepté ce contrat ?

«  Laisse ta mère en dehors de toute cette affaire. C'est moi seul qui dois veiller à l'avenir de notre patrimoine, et conclure une alliance se fait toujours par une dote. C'est ainsi ! »

Père, j'ai le regret de vous faire savoir que je me désolidarise de ce domaine. Adieu ! »

 

Activité manuelle : Un joli page du Moyen-Age en pantin

Page1

 

Page2

Imprimer et colorier chaque partie suivant le modèle du page en pantin.

Prendre des attaches parisiennes, faire un trou à chaque point noir

et assembler les différentes parties du corps pour réaliser un joli page.

écoute mes histoires