L'enfant et le vent C2

LE DEPART DE ROSHU

Arbredesert

Roshu, sous l’œil attristé de ses parents, prend son balluchon, et quitte la maison familiale.

  • Mon fils, comment vas-tu trouver les oies ? Elles ont quitté notre contrée à cause de la sécheresse !

  • Je les trouverai, Père, même s'il faut marcher longtemps. Je vais les appeler jusqu'à ce qu'elles entendent ma voix. Père je suis jeune, alerte, et la famine ne m'a pas encore touché. Aie confiance en moi.

Roshu se dirige vers le nord, par intuition. Ses pieds marchent sur le sol desséché, craquelé, et quelques arbres encore feuillus le protègent de leur ombre. Sur son chemin, un ruisseau, vestige d'une large rivière, propose son eau à Roshu, qui ramasse aussi quelques graines éparpillées par-ci, par-là.

Roshu régulièrement appelle les oies, mais toujours rien à l'horizon. Heureusement au fond de son cœur, il sait qu'il a pris le bon chemin.

Cela fait maintenant quatre jours et quatre nuits que Roshu avance vers le nord. Les étoiles le guident et chaque soir, quand le soleil se couche, il repart avec un peu moins de force que la veille. Le manque de nourriture et d'eau l'affaiblisse.

A l'aube du cinquième jour, Roshu réfléchit. Les oies ne peuvent pas l'entendre, puisque le vent ne souffle pas. Que faire ? Peut-être mon père avait-il raison, je suis prétentieux, et je vais mourir seul.

Alors, dans sa détresse, Roshu lance un ultime appel aux oies sauvages, et demande au soleil :

  • Soleil, toi qui brilles de tous tes feux, toi qui nous donnes ta lumière, ta chaleur, s'il te plait, aide-moi. Que les oies sauvages entendent mon appel pour m'emmener vers le vent qui ne souffle plus.

  • Petit homme, répond le soleil, cela fait des milliards d'années que j'existe, que j'éclaire, que je réchauffe. Et le vent aussi, cela fait des milliards d'années qu'il souffle, qu'il rafraîchit. Et oui, je sais pourquoi il ne souffle plus sur ta contrée, fils d'homme.

  • Est-ce que tu veux bien me dire pourquoi ?

  • Non, c'est au vent de te le dire. Mais je veux bien t'aider à le trouver.

  • Comment, que dois-je faire, demande Roshu plein d'espoir ?

Et c'est ainsi que ROSHU accepte l'aide du SOLEIL pour rechercher le vent qui ne souffle plus.


 

Chanson : Puisque tu pars (Jean-Jacques GOLDMAN)

Activité éducative : Code secret

Motscodes

Détente: cent mille chansons

 

Poème : Désert

Perdu dans le désert, coincé entre deux dunes,
A la recherche d'un Nord et d'un repère.
J'ai perdu l'espoir, abandonné la fortune.
Je cherche une oasis pour étancher mon calvaire.

De la lune au soleil, de soleils en lunes,
Je suis atterré, les mains caressant le sable.
Embrumé dans les mirages d'une forêt brune
Je ressens une chaleur moite insupportable.

Etouffant dans le souffle torride du vent
Illuminé par un soleil toujours debout,
Il n'y a pas d'ombres au tableau, juste un courroux.

La traversée de ton désert est exaltante
Et c'est dans le nuage des voix haletantes
Que je erre en toi du soir au soleil levant.


Ecrit par Yonl - Tous droits réservés ©

écoute mes histoires